Les rapports se corsent entre le gouvernement et l’opposition

La fin de l’année 2017 pourrait s’avérer un véritable problème pour Haïti, si toutefois les autorités haïtiennes décidaient d’avancer, tèt dwat, sur des éléments qui pourraient constituer le fondement de l’instabilité politique; l’adoption par le Parlement du budget criminel; la publication du budget criminel par Jovenel Moïse dans le journal officiel Le Moniteur, l’agenda de Jovenel Moïse et son équipe sur la constitution du Conseil Électoral Permanent sont, entre autres, les point d’achoppement qui ont, depuis plusieurs semaines, entraînés une série de crises et des manifestations à répétition dans diverses villes du pays contre les pouvoirs Exécutif et Législatif et qui minent le bon fonctionnement des institutions ainsi que le processus démocratique. En considérant l’arrogance du gouvernement, le Parlement et le Président Jovenel Moïse ne reflètent pas les engagements que ceux-ci ont pris vis-à-vis du peuple haïtien et ceci n’est pas de nature à créer les conditions nécessaires pour la relance de l’économie et la consolidation de la démocratie. Au lieu d’entendre la voix du peuple, le président Jovenel Moïse continue sur son élan et reçoit le soutien du patron de la BID. En effet, le président de la BID, Luis Alberto Moreno, soutient pleinement le président Jovenel Moïse dont la décision de publier le budget 2017-2018 a provoqué grèves et manifestations violentes dans la capitale et dans d’autres régions d’Haïti. « Les Haïtiens ont toujours exprimé bruyamment leurs différences... Ce n’est pas nouveau. Cela fait un peu partie du caractère de l’Haïtien. Cependant, j’applaudis le président pour avoir mis en avant un budget austère et réaliste, au regard des besoins et des moyens d’Haïti. C’est la seule façon d’avoir de la crédibilité à long terme par rapport à la communauté internationale. Ni la BID ni Haïti ne veulent que le pays reçoive indéfiniment des dons, a soutenu Luis Alberto Moreno, soulignant qu’à l’horizon 2020, 2022, à la fin de la période de 10 ans d’octroi de dons à Haïti par la BID, la situation du pays sera évaluée pour voir s’il peut emprunter. Le challenge pour le gouvernement- et comme c’est le cas pour tout le monde, dans la vie privée - est de regarder les ressources disponibles et voir comment être efficient dans l’utilisation des ressources domestiques. « Cela signifie à la fin de la journée, de faire plus d’investissements que de dépenses », a déclaré Luis Alberto Moreno. Le Président de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) a fait cette déclaration lors d’un entretien accordé au Journal Le National, lors de sa visite en Haïti, le jeudi 19 octobre 2017 afin, dit-il, de constater les diverses actions entreprises par l’administration Moïse-Lafontant à travers le pays. Également, le jeudi 19 octobre, au cours d’un point de presse conjoint avec le Président Moïse, soit un mois jour pour jour après leur rencontre à New York, Luis Alberto Moreno a exprimé toute sa satisfaction quant aux diverses actions déjà posées par l’équipe gouvernementale, en vue du développement d’Haïti. Il a dit accueillir positivement la volonté du Chef de l'État traduite, notamment, par des initiatives de déconcentration des services publics, la lutte contre la corruption et la réforme de l'administration publique. À l’issue de cette rencontre, Luis Alberto Moreno a promis de prendre les dispositions nécessaires pour appuyer la mise en œuvre des priorités de la nouvelle administration d’Haïti. En outre, alors que les autorités continuent à faire des violences contre le peuple, celui-ci continue à fouler le macadam pour exiger le retrait sans condition de la loi de finances 2017-2018. Le lundi 23 octobre 2017, députés et sénateurs ont été convoqués en session extraordinaire. « [...] Cette session extraordinaire sera consacrée à la ratification des Accords internationaux, au vote d'un Projet de loi et au choix des 3 membres devant représenter le Parlement haïtien au Conseil Électoral Permanent [...] » a confirmé Youri Latortue, le Président de l'Assemblée Nationale. Il a été également question de la nouvelle Mission de l’ONU, la MINUJUSTH et des modifications faites dans le budget 2017-2018. À bien suivre les démarches du Président Jovenel Moïse, il est clair que son administration répudie les revendications de la masse populaire en utilisant la force contre les manifestants. Le mardi 17 octobre, lors d’une grande manifestation pour commémorer l’assassinat de Jean-Jacques Dessalines et réclamer le départ de Jovenel Moïse, des agents du Corps d’intervention pour le maintien de l’ordre (CIMO) ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser plusieurs milliers de manifestants au niveau de Delmas 60, alors que ceux-ci voulaient se rendre à Pétion-Ville. « Les agents du CIMO ont exécuté les ordres du Palais national. Ils ont dispersé la manifestation, alors qu’ils ont été notifiés du parcours. Ils (les policiers) arguent que la manif ne doit pas passer par Pétion-Ville », a déclaré le sénateur de l’Ouest Antonio Chéramy. La manifestation de ce 17 octobre avait figuré dans l’agenda de mobilisation de l’opposition, dorénavant unifiée, pour obtenir le départ du président de la République, Jovenel Moïse et pour continuer à dénoncer ses grandes décisions dont la publication de la loi de finances 2017-2018. Plusieurs parlementaires et hommes politiques ont été remarqués. Paul Denis, le conseiller stratégique de la formation politique « INITE », a qualifié le budget 2017-2018 de scélérat. « Il doit rentrer ce budget d’escamoteur. Cette loi de finances ne taxe pas les possédants. Au contraire, elle leur accorde des exemptions de taxe et des franchises douanières. En revanche, la classe défavorisée est surtaxée », a dénoncé Paul Denis. En plus, le samedi 15 octobre, aux Cayes, notamment dans le quartier de la Saline, la police a violemment réprimé un rassemblement de plusieurs milliers de personnes qui n’ont pas pu manifester à l'appel de l'opposition démocratique pour protester contre le budget 2017-2018 et réclamer la démission du président Jovenel Moïse, en raison de l'interdiction par la police qui soutient n'avoir pas été notifiée. Les nombreux militants présents ont alors accusé la police de faire le jeu de l'Exécutif et donc, d'être de plus en plus politisée. Furieux, ils ont lancé des pierres en direction des policiers qui ont répliqué à coup de gaz lacrymogène, indisposant de nombreuses personnes. Plusieurs personnalités étaient présentes à ce rassemblement dont le secrétaire général de Pitit Desalin et plusieurs membres de Fanmi Lavalas dont le député Sinal Bertrand. Ils ont condamné le comportement jugé de plus en plus partisan de la police. Emmanuel Saintus     Haïti-politique/ Jovenel Moïse convoque le législatif à une session extraordinaire Le choix de membres du Conseil Électoral Permanent par le Parlement est au menu d’une convocation du corps législatif à l’extraordinaire, faite par le président Jovenel Moïse, pour le lundi 23 octobre 2017, dans un texte publié dans le journal officiel « Le Moniteur », en date du vendredi 20 octobre 2017 et dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse. Les députés et sénateurs sont convoqués en session extraordinaire pour le lundi 23 octobre prochain, histoire de se pencher, entre autres, sur la MINUJUSTH, la nouvelle mission onusienne, et la question de la constitution du Conseil Électoral Permanent. Le secrétaire général du conseil des ministres, Reynald Lubérice, a fait ressortir vendredi, la nécessité d’une telle convocation, en tablant notamment sur les modifications opérées dans le budget 2017-2018. Aussitôt que la convocation a été officielle, le bureau de l’Assemblée nationale a automatiquement emboîté le pas. Son président, Youri Latortue, a maintes fois souhaité ces derniers jours, que le chef de l’État convoque les deux Chambres à l’extraordinaire, en vue de statuer, notamment, sur le nouvel accord, n’a-t- il cessé de dire, devant régir le fonctionnement de la MINUJUSTH en Haïti. « Cette session extraordinaire sera consacrée à la ratification des accords internationaux, au vote d’un projet de loi et au choix des trois membres devant représenter le Parlement au Conseil. En outre, des accords internationaux relatifs à la MINUJUSTH, les parlementaires se pencheront également sur le projet de loi modifiant l’article 149 du décret du 29 septembre 2005, relatif à l’impôt sur le revenu, récemment déposé par l’Exécutif au Parlement. La prochaine session extraordinaire durera jusqu’à épuisement de l‘objet de la présente convocation, a indiqué Youri Latortue, président du Sénat et également président de l’Assemblée nationale. Au passage, il a souligné qu’il était extrêmement important que l’Exécutif publie la résolution relative à la renégociation des contrats liant l’État haïtien et les fournisseurs privés du courant électrique que le Sénat avait votée.   Haïti-corruption : le rapport sur les milliards de PetroCaribe sera bientôt disponible De « rapport accablant », d’après Évalière Beauplan, président de la commission « Éthique et Anti-corruption » du sénat, à « rapport du siècle », selon Nénel Cassy, président de la commission Finances, l’enquête sur l’utilisation des fonds PetroCaribe refait surface dans le débat public, avec cette fois, une date de publication : 26 octobre prochain. Évalière Beauplan donne la garantie d’un rapport intègre. « Personne n’a le pouvoir de nous faire ajouter une virgule. Et personne ne peut nous dire de retirer son nom », relate-t- il. « C’est le rapport qui va juger le système » martèle de son côté Nénel Cassy. « Ce système arrive à sa fin et c’est pourquoi les 3 milliards de dollars de PetroCaribe ont été gaspillés dans ces conditions. Soulignons que, Petro Caribe désigne une alliance entre les pays des Caraïbes et le Venezuela, premier exportateur de brut latino-américain, permettant à ceux-là d’acheter le pétrole à ce dernier, à des conditions préférentielles de paiement.
Publier le : 28/10/2017   Auteur : Djafata Jean-Gilles

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Ajouter un commentare
Pseudo *
Commentaire *
   
 
>>>>>